Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

My sweet Home blog By boutheina

My sweet Home blog By boutheina

Mes confessions.. mes délires.. mes joies et mes peines..


Souvenir d'enfance: Veille de l'aid

Publié par Boutaina sur 24 Septembre 2009, 13:48pm

Catégories : #Moi..

La veille d'un aid al fitr, les années 80, ville de salé

Dans l'esprit de la petite fille que j'étais, la fête de l'aid avait trois vertus :

D'un côté, la fête signalait la fin d'un mois de jeûne, un jeûne auquel je participais vivement (avant l'âge de 9 ans j'avais déjà jeûné plus que la moitié du Ramadan) et donc je méritais de célébrer ma persévérance et mon courage aussi bien que le faisaient les autres..

D'un autre côté, l'essence de l'aid elle-même s'incarnait par un ensemble de plaisirs terrestres prenant la forme des déclicieux gâteaux superbement préparés par les mains expertes de mama (notamment celui fait au sésame et aux cacahuètes), des friandises, des bonbons, des effluves de l'encens dont j'ai pu sauvegarder la tradition, et puis, des sous que tous nos proches nous prodiguaient le matin de l'aid.

Et finalement, la plus importante vertu pour moi demeurait, à coup sûr, la festivité du henné.
C'était un rituel presque sacré réunissant la maman aimante avec ses deux petites filles qui s'exaltaient rien qu'à la pensée d'en teindre leurs petites mains blanches.

Ce rituel, quoique classique, ne manquait pas de nous émerveiller et nous susprendre à chaque fois avec mille joies et mille découvertes.

Une fois la "pose" du henné béni terminée, toute la question était de dénicher de vieux bouts de tissus pour envelopper les mains "peintes" à la couleur ocre, car il n'était pas concevable pour nous d'enlever rapidement la teinte, de peur que la couleur ne soit blafarde à la fin.
Les tissus soigneusement scellés par ma maman formaient ainsi une sorte de gants de boxe que nous nous amusions ma soeur et moi à essayer avec générosité jusqu'à ce que le sommeil nous     ait emportées sur son petit nuage enchanté.


Commenter cet article

Hisham 19/10/2009 14:41


Merci Bouthaina pour ta réponse positive et cette chanson envoutante. Pour information: en raison de l'arrivée nouvelle de participants de pays qui participent pour la première fois, la semaine
Kolena Laila sera reportée. La date definitive sera du 24 au 30 décembre. Marque ton calendrier Bouthaina. Je compte beaucoup sur ta participation!

-Hisham 


Boutaina 19/10/2009 16:50


c noté. Je n'y manquerai pas !


samados 18/10/2009 00:45


The song is just AWESOME !!!  Thanks for sharing

Pour ce qui est des souvenirs, l'enfance est une période unique surtout lorsqu'on a la chance de la passer au sein d'une famille chaleureuse.





Boutaina 19/10/2009 00:49


Samados:
ravie que tu aies apprécié la chanson, moi aussi j'adore tout simplement :)
en parlant d'enfance, effectivement c une expérience unique, sauf que dans mon cas, je ne me rends compte de ceci que deux décennies après :) 


Hisham 01/10/2009 20:31



Chère Boutheina,


 


Je m’appelle Hisham. Je m’excuse d’abord d’avoir envahi ton espace de commentaires pour un message qui se veut surtout personnel. Mais l’absence d’email m’oblige à te le communiquer par cette
voie, quitte à ce que tu le supprime par la suite.


 


Je suis blogueur marocain de Casablanca (http://almiraatblog.wordpress.com/), actuellement vivant en France. Je me permets donc
de t’envoyer ce message pour t’inviter à participer à une campagne, Kolena Laila (http://kolenalaila.com/), qui a pour but d’inciter la
blogosphere dans notre région arabe à aborder, le temps d’une semaine en novembre prochain, le sujet de la femme dans nos sociétés.


 


Pour participer il suffit, du 1er au 8 novembre prochains, de publier sur ton blog un billet traitant de la question de la femme dans la region arabe et contenant un lien vers le site de
l’initiative (http://kolenalaila.com/).


 


Notre initiative est totalement bénévole et indépendante.


 


Laila est bien entendu l’héroïne du roman “الباب المفتوح” (la porte ouverte) de Latifa Az’zayate (http://www.larousse.fr/encyclopedie/litterature/Zayyat/178098). Ce nom et cette référence choisis
par Lasto Adri (http://www.lastoadri.com/), blogeuse égyptienne à l’origine de l’initiative, se veut un symbole pour chaque femme qui
essaie de se construire une personnalité indépendante.


 


Si tu désires soumettre des critiques, des suggestions ou des questions, ou si tu veux que je te transmette le logo de Kolena Laila, envois-moi un e-mail sur Hisham@kolenalaila.com.


 


Post Scriptum:


 


A propos de Kolena Laila:


L’idée de Kolena Laila est née dans l’esprit de Lasto Adri en 2006 qui l’avait aussitôt proposée à d’autres blogueuses égyptiennes des plus influentes dont Bint Massria, Shaima’, Arabesque,
Epitaph. L’idée a très vite fait tache d’huile et a connu un succès retentissant dans la blogosphere egyptienne qui a participé massivement à la première journée en septembre 2006, puis la
deuxième en septembre 2007 et enfin la dernière en octobre 2008. Depuis le premier jour, les médias se sont intéressés à l’initiative. Un intérêt allant grandissant au fil des années. La presse
locale et internationale a publié de nombreux articles à propos de l’initiative notamment sur Al Masry Al Youm (Egypte), A’doustour (Egypte), A’saffir (Liban), Global Voices Online, Politiken
(Danemark). Des médias ont réalisé des reportages à ce propos comme Al Arabiya, la BBC (UK), Aljazeera (Qatar). L’initiative de Kolena Laila a été invitée à de nombreuses conferences
internationales notamment en Allemagne et en Afrique de sud. Par ailleurs le site de Kolena Laila a été nominé pour le prix du meilleur site internet offert par la Dutch Welle: BOBs 2008.
Actuellement, deux etudes sont en cours pour analyser l’impact de Kolena Laila, la première à l’université d’Oxford et la deuxième à l’université americaine du Caire.


 


 


-Hisham
hisham@kolenalaila.com



Boutaina 19/10/2009 00:51


Hisham:
Merci pour l'invitation et la présentation de la campagne relative à la condition de la femme..
Je ne manquerai pas d'y participer aussi! 


mounir 25/09/2009 16:26


Non, mon langage n'a pas changé. Je ne savais pas que tu étais chez ... pour le pont. Pour ce qui est des larmes, y en a qui les coulent intérieurement ( pour ne pas paraitre insensible :) ).
Tjrs un plaisir de te lire. 


Boutaina 26/09/2009 18:36


Mounir:

mais non! qui oserait t'accuser d'insensibilité? tu sais, les gens a priori, se lisent à travers ce qu'ils écrivent..
tout le plaisir est à moi ! 


mounir 25/09/2009 13:36


@ Betty : moi cacher mon blog? moi mettre mon nom et prénom :)
Moi nostalgique, moi mettre le henné, ... moi pas mettre lhanna ( makanebghihach et j'évitais les filles la portant !!!!!  ) mais moi me rappeler des bons souvenirs d'il y a longtemps.
Sinon, puisqu'on est sur le registre nostalgie, voila comment on passait notre aid : réveil matinal tot, petit déjeuner garni, puis on portait 7wayej l'aid et on commençais le défilé. Mais, le plus
important, c'était attendre qu'on nous donne flouss l'aid :) Aye, hram alik, nzid chwya ghadi nebda nserser lik :)


Boutaina 25/09/2009 13:50


Mounir:
je voulais juste dire qu'entre "moi dans tous mes états" et "mounirben" tu n'avais pas fait signe de vie et donc je ne savais pas que tu avais un nouvel home..
enfin, c moi la fautive je ne suis pas très en veille par rapport à la blogsphere. 

aji, malou ton langage wella fhckel, tu me rappelles les guignols du temps "allo? oussama ben laden chef de chantier à NY"

sinon..
les souvenirs sont là pour nous soutenir dans notre présent et notre futur, c bien d'en sourire parfois, il n'y a pas de mal à en pleurer aussi, l'essentiel c la baie qui s'ouvre en nous
après..
 
si tu as besoin de kleenex j'en ai bcp à côté de moi :) 


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents